INFERNAL - From Paris to Berlin

Cherchez Loki ...

 

Voilà, un peu sur un coup de tête, je me suis engagée à participer à ce mois sur Loki. Comme ça, par coup de folie.

On me dira que question folie, y'a quand même mieux, ou pire, ou plus extrême. Surtout quand ça en vient à Loki. C'est vrai. Mais pour moi, c'était un peu fou. Parce que ça fait plusieurs mois que c'était le silence ici, faute de temps. Parce que ça fait plus de deux mois que mon planning est tellement plein que je réussis à ne boucler les choses que dans la dernière des limites, toujours à la dernière minute, et pourtant, je ne chôme pas. Plus d'un mois que j'ai enchainé les voyages aussi. La Lorraine, l'Autriche, la Hongrie, la Croatie, et là, c'est depuis Pompéi que j'écris. Tout ça pour le travail, sauf la Croatie qui a été un crochet de deux jours de pseudo-vacances juste après un colloque internationnal à Budapest. Et tout ça, en ajoutant deux semaines de bronchite-sinusite carabinée début juin. Que du bonheur!

Je commence enfin à voir le bout venir. Dans une semaine, je serai enfin débarassée de 5 mois d'obligations qui s'enchainaient sans cesse. Avant les suivantes, mais j'aurai enfin des vacances. Des vraies. Le genre où je peux dormir 9 heures sans culpabiliser, faire la fête jusqu'au petit matin sans avoir à me demander si mon corps supportera cette fatigue ET la fatigue incompressible de tout le travail en fil tendu. Le genre où je pourrai même de nouveau avoir le luxe de lire un roman.

Le genre où je pourrai faire un mois pour Loki.

En commençant cet article, je ne savais pas trop ce que j'écrirais. Ce n'est parfois pas si simple de revenir à une autre réalité que celle d'une longue course d'endurance, peuplée de divinités romaines, de rites, de prêtres et de prêtresses (mais croyez-moi, quand ça vient avec des conférences à donner, des articles scientifiques à rendre et le tout avec date butoire qui vous fait de vilaines grimaces car elles arrivent trop vite, c'est tout de suite moins cool) ou de problèmes très prosaïques d'université (genre corrections d'examens). Mais du moins, je me savais déjà un peu plus détendue, et puis, j'ai même un peu de temps devant moi!

Et donc, quand j'ai commencé, j'ai demandé un peu d'inspiration à Loki et j'ai repensé à cette atmosphère actuelle. Et allez savoir pourquoi, c'est à cette chanson que j'ai pensé (voir ci-dessus). Et là, c'était é-vi-dent! C'était de cette chanson, de ce ... euh ... cette chose indescriptible qu'il voulait, là, maintenant, tout de suite, comme honneur du moment (à moins que ce ne soit l'égrégore des midinettes raides dingues de Loki qui est venu me posséder quelques instant. Vu la vidéo, c'est possible).

Un grain de folie kitsch at juste weird, un grain de folie dans ma vie. Un été, sea, sex, sun, loki, weird, mad, WTF ...

J'arrive! J'arrive! Est-ce un oracle? Est-ce une offrande? Etait-ce lui, était-ce moi? Faut dire que de nombreuses manières, on cohabite, pas besoin de culte ni d'un mois spécial pour ça. Même si ce mois de Loki, chaotique et sans prévision de fréquence, je le ferai. Juste parce que j'y ai été embarquée, comme ça. Parce qu'il est bientôt temps de tout lacher. Time is come!

 

Et puis les voyages un peu partout en Europe pour finir en Allemagne dans des soirées WTF ... C'est un signe, m'a p'tite dame. Loki is in the place.