Ceci sera le dernier article que je consacrerai ici à la "bataille magique" de manière directe. Quand je me suis lancée dans le premier article, j'ai suivi mon instinct, j'ai suivi ce que je sentais devoir faire. Je n'étais plus dans une réaction à chaud bouillant, mais c'était quand même encore suffisamment chaud pour aboutir à l'idée d'un élan, d'une ré-expérimentation de "bataille magique". Puis sont venues s'ajouter d'autres questions, à savoir notamment, au delà de l'élan, de l'idéal et des beaux mots, comment organiser cela, de manière réaliste et pragmatique. Cet article sera donc une série de réflexions à ce sujet que je livre, à titre personnel, et dont chacun fera ce qu'il ou elle voudra. Il m'apparaît cependant nécessaire et essentiel d'aborder certaines problématiques, et de trouver des réponses satisfaisantes à celles-ci pour pouvoir se lancer dans des actions concrètes.

 

 

De l'importance de se tenir informé des questions de géopolitique

Ces derniers jours, j'ai passé beaucoup de temps à lire des analyses géopolitiques de la situation eu Europe, au Moyen-Orient et dans le monde, et ce, de la part de spécialistes aussi divers que variés, de sensibilités et d'intérêts politiques ou religieux tout aussi divers. Mais qu'est-ce que la géo-politique?

Larousse en donne cette définition: "Science qui étudie les rapports entre la géographie des États et leur politique".

Cela signifie qu'il est question de mettre en relation les politiques menées par chaque Etat sur son territoire et en direction des autres Etats, notamment sur les questions de gestions et revendications des frontières. Cependant, la complexité des sociétés et des niveaux de revendication fait que divers facteurs sociaux et culturels viennent interférer soit dans les politiques, soit dans les gestions des frontières. On comprend donc que la géopolitique est ce qui sert, basiquement, à étudier la formation, la conduite et la résolution des conflits territoriaux.

On ne fait pas face à une "simple" invasion d'un autre pays, auquel cas il est au moins aisé de définir le problème (invasion d'une armée officielle) et l'effet recherché (empêcher l'invasion, affaiblit l'ennemi, gagner la guerre contre cet ennemi). La situation actuelle est d'une complexité importante. La question qu'il faut se poser aujourd'hui est : Comment faire pour ne pas se tromper de cible?

Plus on se penche sur la géopolitique, et moins on a de certitude ou de solution simpliste toute trouvée. Cela a cependant la vertu de nous rappeler à une attitude humble, celle qui consiste à admettre qu'on ne sait juste pas, qu'on n'a probablement pas toutes les données pour décider, seuls, quels objectifs précis il conviendrait de suivre. La meilleure, et probablement seule solution, est de ne pas suivre d'objectif trop précis. A titre d'exemple, je conseillerais de ne pas se focaliser uniquement sur la situation de l'EI en Syrie, en pensant que la Syrie est le noeud central du problème, et que s'il est détruit, le problème disparait. Il est fort probable que ce ne soit pas le cas. 

Se tenir bien informé permet aussi d'avoir une vision d'ensemble la plus précise possible, ce qui ne peut être que bénéfique lorsqu'il s'agit de pratiquer des visualisations destinées à faire évoluer une situation. Il faut toujours se donner les moyens de focaliser avec le plus de précision possible (cela vaut aussi, et peut être en particulier, dans des visualisations impliquant des limites géographiques).

 

risk_0

 

Que faire alors et à quelle fréquence?

Pour des rituels particuliers et "uniques", par exemple en pleine lune ou lune noire, il est possible de focaliser son intention sur la protection de personnes, la protection de territoires (villes, régions, pays, continents), l'affaiblissement d'une puissance nuisible (en lune descendante ou noire), sur la réduction à l'impuissance de personnes dangereuses et nuisibles, sur la traque et la capture de ces mêmes personnes (en envoyant des intentions puissantes vers ceux qui sont chargées de le faire par exemple).

Cependant, comme le rapporte Dion Fortune elle-même, on ne peut pas espérer que des efforts irréguliers et épars puissent donner des résultats. Ceux qui veulent vraiment se lancer dans une "bataille magique" doivent bien comprendre que c'est un effort sur le long terme qui se doit d'être régulier. Ceux qui participèrent à cette entreprise qu'elle initia "tinrent le siège" consistant à réaliser des méditations et des visualisations tous les jours, en particulier le dimanche à une heure qui devait être commune. Et c'est à cela que s'ajoutèrent des rituels spécifiques pour certains.

Ces méditations et visualisations formèrent le gros du travail magique, et furent ouvertes aux novices comme aux initiés. Dion Fortune avait une vision ouverte de l'occultisme, critiquant certaines règles dont le secret de certaines pratiques. La 2e guerre mondiale lui donna l'opportunité d'ouvrir son cercle à tous ceux qui désiraient aider dans cette entreprise magique. La pratique de ce type de méditations et visualisations ne représente pas un grand danger (outre précautions habituelles) et permet la participation efficace d'un grand nombre de personnes. Le plus important alors devient la volonté de s'astreindre à un travail de longue haleine. Il n'est pas forcément obligatoire, à mon sens, de se livrer à des méditations quotidiennes si cela demande trop d'efforts. Mais néanmoins, il faudra adopter une régularité d'au moins deux méditations/visualisations par semaine pour que ça ait le moindre intérêt. On peut être tenté, à mesure que le temps passera après ces attaques (et si aucune nouvelle attaque ne se produit de sitôt), d'abandonner les visualisations et rituels. Cependant, il est difficile aujourd'hui de fermer les yeux et de se dire que c'est terminé. Les discours officiels vont tous dans le sens d'une menace à long terme. Il faut donc se préparer à agir également sur le long terme, ce qui suppose aussi que les pratiques soient adaptées et qu'elles ne se révèlent pas trop contraignantes dans la vie quotidienne. Ne vous programmez pas un gros rituel toutes les semaines, ou des méditations complexes chaque jour. Soyez réalistes et raisonnables, mais soyez réguliers.

 

Quelles thématiques pour les visualisations?

Là aussi, Dion Fortune est décidément d'une grande inspiration. Quand on regarde la somme de toutes les méditations et visualisations proposées sur l'ensemble de la guerre, on constate qu'elles comprennent des thématiques aussi variées que le sentiment d'unité au sein de la nation, la paix, le refus de la haine, la protection des frontières, les pouvoirs invisibles avec lesquels on coopère, la guerre comme sacrement, la démocratie basée sur les lois de la vie évolutive, l'Allemagne inclue dans la future reconstruction, la destruction du cercle vicieux de la haine, de la peur et du besoin, l'unité au delà de la diversité, des visualisations de protection de divers lieux autres que la Grande-Bretagne, l'espoir, la sagesse et la force ... (et beaucoup d'autres encore). Elle se servait de l'actualité récente pour ancrer les thématiques des méditations proposées dans la réalité vécue. On constate également qu'elle alternait souvent entre des thématiques plus "belliqueuses" ou ancrées dans la protection, et des thématiques d'ordre plus spirituelles, comme des méditations sur les mythes liés aux chevaliers de la Table Ronde, destinés à renforcer le courage de ceux qui les pratiquent mais aussi les valeurs morales de l'ensemble des britanniques. Adopter une même alternance peut se révéler fort bénéfique à titre individuel et collectif.

 

Comment procéder pour les méditations et visualisations?

La plupart d'entre nous ont déjà l'habitude de ce genre de pratiques et il suffit alors d'adapter les thématiques à nos compétences en la matière. Cependant, à titre informatif, je traduirai très bientôt les instructions que Dion Fortune avait donné pour réaliser ces méditations et visualisations, dans la mesure où les techniques employées sont solides et efficaces.

 

Three_Witches_Welles

Le concept de sorcières à antenne parabolique est intéressant sinon.

 

Opérer seul ou en concertation?

Il n'y a aucune obligation à ce que les actions magiques réalisées le soient en groupe ou en concertation. Vous pouvez très bien décider de suivre votre propre feeling et apporter votre contribution de manière individuelle, selon les modalités que vous déciderez.

Il est bien entendu toujours intéressant et plus efficace de pouvoir agir à plusieurs, même à distance, si une heure et un point de focalisation sont décidés à l'avance.

Certains m'ont fait savoir qu'ils/elles seraient intéressés de se joindre à un groupe de personnes constitué dans ce but, ou m'ont demandé de les prévenir si je mets en place une action magique à plusieurs. Le plus simple, si tel est votre cas, est que vous me laissiez alors votre adresse mail par message privé, ou bien que vous vous manifestiez dans un commentaire ci-dessous. Une liste de diffusion et de discussion par mail sera mise en place par la suite pour prévenir et discuter d'actions à venir.

 

 

 

Je crois à présent avoir fait à peu près le tour des choses à considérer pour prendre part à une "bataille magique". A présent ...

Taïaut!